SIMULTANÉITÉ

Manuel HERRENO

La suspension d’une toile appelle à un regard autre, une façon de circuler pour avoir la possibilité d’apprendre la capacité de fluctuation encore existent dans ce médium historiquement tendu. La suspension est présente dans la fabrication et dans la monstration, cette dernière est le produit du geste radical d’extraction par la découpe des morceaux adaptables aux dispositifs de présentation. 

L’absence de châssis est le prélude d’un positionnement simple et méditatif.

Dans la mesure ou l’acte n’est pas voué à représenter, la peinture et le dessin sont des outils pour s’adresser au temps. Cette direction est possible par moyen de la répétition, qui permet l’application d’un nombre variable d’éléments sur une surface dans une continuité suffisante, en conséquence un processus automatique se déclenche et devient méditation exclusivement dans le travail d’atelier. 

Il s’agit donc de générer une rencontre par le biais de la présentation. Des composants qui reposent soit sur des agencements légèrement éloignés du mur comme une mis en abîme du travail d’atelier, soit sur la construction de dispositifs de contrainte pour regarder. Ces dispositifs sont des assemblages en bois conçus pour permettre la mobilité de la toile qu’ils contiennent.